Le choix d'un deuxième système pour la commande des accessoires


Pourquoi un second système numérique?
Tout simplement pour ne pas charger la centrale de commandes supplémentaires à gérer en plus de celles de la vitesse des trains. En effet, le premier système digital va uniquement gérer les commande à destination des trains et du matériel roulant ainsi que de fournir la puissance nécessaire, tandis que le deuxième système va uniquement s'occuper de la rétrosignalisation et de la commande des accessoires. Ceci et particulièrement intéressant pour des installations à fort trafic avec beaucoup de train circulant simultanément (>10).

Pour cette tâche, je cherchais un bus qui permet d'y connecter des décodeurs pour la commande des différents accessoires que l'on peut retrouver sur une maquette (servo, moteurs lents, solénoïdes, LED, etc.) mais aussi des modules de rétrosignalisation. Le bus devait être d'architecture libre sans avoir besoin de modules spécifiques "étoile" ou "Y".

C'est en voyant un article dans une revue allemande exposant la mise en oeuvre de module Selectrix sur un réseau Märklin que cela m'a donnée envie d'approfondir mes recherches concernant le bus Selectrix. Le matériel présenté dans l'article était de marque Rautenhaus. Cette solution me paraissait intéressante et j'ai décidé d'acheter une mini-centrale Selectrix avec interface PC (SLX852), quelques module de détection (SLX516) et un décodeur pour signaux (SLX813). Je connaissais également de nom le matériel de chez Digitail mais après avoir regardé leur produits et leurs documentation j'ai abandonné car je trouvais leurs produits bien trop compliqué à mettre en oeuvre. Par la suite j'ai découvert la game de Peter Stärz qui est très complète, simple d'utilisation et moins cher que les autres marques. En dehors de l'interface Rautenhaus SLX852, j'utilise aujourd'hui les produits de la game de Peter Stärz.

Alors pourquoi le bus Selectrix et pas un autre?

  • Extrêmement fiable et à haute vitesse
La vitesse de bus du système Selectrix est inégalée: Il est jusqu'à 7x plus rapide que n'importe quel autre système de commande de train miniature, chaque information est répétée 13 fois par seconde sur le bus. Il est le seul système numérique pour train miniature avec une transmission synchrone, full duplex. Ceci permet une grande vitesse de transfert de toutes les informations.
On notera en particulier que la vitesse de bus est toujours constante, et non pas, comme cela est le cas avec d'autres protocoles (s88, LocoNet, XPressNet,…), en fonction du nombre d'utilisateurs sur le bus. Il n'y a donc pas une baisse de vitesse de transmission en fonction du nombre de client connecté!
Ceci conduit à une stabilité élevée du système et une fiabilité inégalée. Important surtout dans les grandes installations où beaucoup de données sont échangées.
Pour plus d'info technique sur la communication full duplex, cliquer ce lien.
  • La compatibilité
Tous les composants Selectrix, quel que soit le fabricant sont 100% compatibles les uns avec les autres. Le bus Selectrix est normalisée par les normes européennes de modélisme NEM 680 et NEM 681 : Non seulement cela est appliqué au signal dans la voie, mais également à la structure complète du bus et donc la communication entre chaque élément est normalisée! Ceci a l'avantage d'apporter une compatibilité entre les produits de différents fabricants, vous pouvez même développez vos propres décodeurs en suivant cette même norme.
  • Architecture de câblage libre
Avec le bus Selectrix l'agencement et le câblage des nœuds individuels (bifurcations) les uns aux autres est complètement libre. L'extension du bus sans modifier la structure existante ne pose donc aucun problème, les nouveaux modules peuvent être connectés n'importe où.
  • Un système complet
Pour chaque application, une solution technique est disponible, ce qui en fait un système très complet avec par exemple des décodeurs spécifiques pour les signaux, les aiguillages, servo, les pupitres géographique à touches (TCO), la gestion des ponts tournants et transbordeurs, etc.
  • Intégration dans TrainController
Avec TrainController il est possible de commuter simultanément jusqu'à 8 sorties sans délais, ceci n'est possible qu'avec le système Selectrix. Ceci est particulièrement adapté pour gérer les images de signaux les plus complexes notamment grace aux accessoires étendus disponibles dans le version Gold. Voir mon article à ce sujet.

Le principe de fonctionnement du système Selectrix

Un bus Selectrix met à disposition 111 adresses (Byte) qui ont chacune 8 entrées ou sorties (bit) en fonction du type de module. Un utilitaire de monitoring du bus permet d'avoir une vue générale qui ressemble à ça:

Sx_monitor


On voit clairement chacune des 111 adresses. Chaque bit ne peut avoir que 2 états:

  • 0 = sortie inactive (OFF) ou entrée inactive (pas de détection)
  • 1 = sortie active (ON) ou entrée active (détection)

Dans la capture ci-dessus on voir par exemple que l'adresse 22 a le bit 1 et 3 à 1, tout les autres sont à 0. La lecture des bits de 1 à 8 s'effectue donc de gauche à droite. Si on prend l'exemple d'un module d'entrées pour la détection par exemple, il va écrire sur le bus un 1 correspondant à l'adresse du module (Byte de 1 à 111) et à son entrée (bit de 1 à 8). Un module de sorties quand à lui va lire l'état du Byte correspondant à son adresse pour les transmettre à ses sorties de 1 à 8 (bits).
Ainsi il est possible d'avoir un module d'entrées à la même adresse qu'un module de sorties, ainsi dès qu'une section est occupée elle peut être affichée sur un pupitre comme occupée ou gérer un simple signal de bloc rouge/vert. En effet le module de détection va faire passer un bit de 0 à 1 et si un module de sorties à la même adresse que celui des entrées il va lire le byte et voir le passage de 0 à 1 et ainsi allumé l'ampoule qui sera connecté à sa sortie.
Les 111 Bytes du bus Selectrix peuvent également êtres lus et écrit par un logiciel informatique via une interface.

Références
  • TU Dresden - Faculté des Sciences de transport "Friedrich List" au Département des chemins de fer, transports urbains et régionaux publics.
  • Centre de formation des Chemins de fer fédéraux suisses (CFF) à Morat (Ausbildungszentrum Löwenberg, AZL).
  • Grande installation "plan incliné" du musée du moteur à vapeur à Neuenmarkt-Wirsberg.
  • Miniatur - Elbtal in Königstein / Sachsen http://www.miniaturelbtal.de

Sources:
http://www.firma-staerz.de/index.php?sub=selectrix
http://www.mttm.de
http://www.morop.org/index.php/fr/
https://www.mec-arnsdorf.de

Article mis en ligne le 30.08.2016